Photo de la place pasteur de Saint-GironsL’arrivée de la congrégation des filles du Bon pasteur de 1734 à 1752, par les Filles du P. de Laveyne (vraisemblablement de 1752 à 1764) puis par des religieuses de la congrégation des sœurs de la Charité et de l’Instruction chrétienne de Nevers (1764 à 1966) a marqué le point de départ d’une présence religieuse au sein de la capitale du Couserans, Saint-Girons (Ariège), qui compte actuellement 7000 habitants environ. Au départ définitif des religieuses en 1966, la direction sera assurée par des membres laïcs. L’ensemble  scolaire du Sacré-Cœur comporte deux implantations situées au centre de la ville à peu de distance l’une de l’autre. L’immeuble principal situé au 3 rue Pasteur est proche de l’église paroissiale dédiée à Saint-Girons. Cet immeuble (ancienne maison bourgeoise) abrite exclusivement le collège et accueille tous les jours les élèves de l’école primaire pour le déjeuner. Il comprend les bureaux administratifs (direction et secrétariat), la vie scolaire, les deux réfectoires , l’oratoire (ancienne chapelle) et une cour unique. Un autre établissement situé au 57, boulevard Frédéric Arnaud accueille les élèves de l’école primaire.


Le département de l’Ariège compte onze établissements de l’enseignement privé catholique (six écoles, trois collèges, un lycée professionnel et un lycée général). Sous-préfecture du département qu’elle partage avec la ville de Pamiers, Saint-Girons se trouve sur le passage qui relie le sud de l’Aquitaine française à la Catalogne espagnole par le tunnel de Puymorens.